Le saviez-vous ?

  • En France, environ 5 % de la population adulte, et 6 à 8 % des enfants scolarisés, soit plus de 3 millions de personnes, sont dyslexiques.
  • La dyslexie est un trouble spécifique de ­l’apprentissage de la lecture en l’absence de tout déficit visuel, auditif ou ­intellectuel, et en dépit d’une scolarisation adéquate.
  • Une personne dyslexique lit en 1 an ce qu’une personne non dyslexique lit en 2 jours.
  • Un enfant naît dyslexique. Il ne le devient pas à cause d’une méthode de lecture, ni à cause de l’environnement.
  • La dyslexie peut être héréditaire.
  • Selon l’étude de Hollis ­Scarborough (1990) portant sur 32 familles dont un parent était dyslexique, « 65 % des enfants issus de ces familles présentaient une dyslexie ».
  • Ce trouble touche toutes les catégories sociales. La dyslexie est reconnue comme un handicap. On la garde à vie.

 

Quelques mots sur la collection « Dysle+ie »

Chaque livre est adapté au public visé.

Les livres présentent :

  • des contrastes poussés, mais sans réverbération des caractères ;
  • un choix de mots réguliers et simples, mais pas simplistes ;
  • des phrases courtes ;
  • une police non seulement adaptée, mais aussi agrandie ;
  • un ordre de narration chronologique ;
  • un positionnement judicieux du texte ;
  • une taille de livre facile à prendre en main ;
  • plus spécifiquement pour les livres pour enfants : des illustrations très représentatives du contenu.

La Plume de l’Argilète réunit une équipe pluridisciplinaire de professionnels de santé, étudiant chaque projet avec attention, et le menant à une adaptation en fonction des pathologies ou handicaps concernés.

 

Bon à savoir

La collection « Dysle+ie » est parfaitement adaptée aux personnes malvoyantes.
Elle ne gêne en rien la lecture des personnes non concernées par les troubles Dys, mais diminue au contraire l’état de fatigue lors de la lecture.

 

Quelques mots sur la police

Lire avec plus de facilité et moins de fatigue est désormais possible avec la collection « Dysle+ie ».
Fatigué lors de chaque lecture et incapable de lire un livre en entier, Christian Boer, graphiste néerlandais, a créé la police de caractères Dyslexie©.
Non seulement il augmente l’espace entre les lettres et entre chaque ligne, mais il redessine aussi les lettres afin de leur donner un aspect visuel unique et plus facile à identifier.
Il utilise plusieurs adaptations afin de limiter les inversions de lettres, les ressemblances prêtant à confusion, en ancrant les caractères sur les pages pour qu’ils ne flottent plus devant les yeux des dyslexiques.

Une nouvelle police d’écriture est née. Certes, ce n’est pas la solution à tout. Cependant, la police Dyslexie© aide à lire mieux et avec moins de fatigue, tout comme les lunettes aident à mieux voir.

Plusieurs études ont été menées pour mesurer l’impact de cette police :
En février 2013, une étude menée auprès de 183 enfants francophones a démontré que la police Dyslexie© :

  • réduit les erreurs de lecture de 16%  ;
  • diminue les mots non lus de 33%  ;
  • donne plus de plaisir à lire pour 6
  • 5%  ;
  • diminue la sensation de fatigue à 48%.

Une étude réalisée en avril 2012 aux Pays-Bas auprès de 72 utilisateurs adultes réguliers de cette police confirme l’intérêt de cet outil :

  • 72.2% lisent plus vite  ;
  • 69.4% font moins d’erreurs ;
  • 77.8% estiment que la police contribue positivement à leur travail.